Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien

Par Flora Bidaud
735 Vues
Randonnée sur le Cirque Peak au Parc national de Jasper dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

Vous planifiez voyager au Canada en temps de pandémie? Cet article vous donnera toute l’information nécessaire pour voyager au Canada durant la COVID-19 et préparer votre voyage dans l’Ouest canadien.

Voyager au Canada en temps de pandémie

Alors que la planète entière était confinée à la maison depuis plusieurs mois, l’été est sorti de son sommeil, et les permissions d’aller jouer dehors avec lui. Dans le but de conserver une certaine stabilité mentale après l’annulation de nos voyages du printemps, on s’est décidé à braver les recommandations et aller visiter l’autre bout du pays. Il a fallu composer avec les nouvelles règles établies, mais on était prêts à faire des sacrifices pour aller respirer un autre air que celui de notre bien-aimée Montréal. Objectif : réussir à voyager au Canada en temps de pandémie.


Si vous avez besoin d’aide pour la planification et la réalisation de votre voyage, mais que vous voulez un voyage personnalisé et authentique au Canada, prenez contact avec Sandra, l’expert local d’Evaneos.


Vous pourrez échanger directement avec elle via votre espace client et même l’appeler au Canada avec un numéro gratuit ! Vous pouvez demander un devis gratuit ici-même.


Cirque Peak dans le Parc national de Jasper en Alberta dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

L’air pur de l’Ouest canadien allait certainement nous faire le plus grand bien après les mois de confinement

 

La difficulté de se décider à partir quand même voyager au Canada durant la COVID-19

Ça n’a pas été facile de prendre la décision. La volonté de partir découvrir l’Ouest en van était là depuis quelques années. Mais comme la plupart des gens, on se fait régulièrement prendre à « devoir » partir à l’étranger pour se sentir dépaysés alors qu’on aurait pas particulièrement besoin de quitter le pays pour ça, mais bon… Bref, tout ça pour dire qu’on avait vraiment beaucoup envie de partir à la découverte de l’Ouest canadien, et qu’on voyait les frontières fermées comme une occasion de concrétiser cette envie. Mais quand bien même nous étions pleins de volonté, ça nous a pris quelques mois avant d’acheter nos billets d’avion pour réaliser ce voyage dans l’Ouest canadien en temps de pandémie.

On a commencé à évoquer cette possibilité de voyager au Canada durant la COVID-19 en juin. L’incertitude quant à la fermeture de certaines provinces et l’évolution constante de la situation de pandémie qui planait à ce moment-là nous empêchait de nous projeter. Nous avions déjà vu nos voyages d’avril et de juin initialement prévus pour La Nouvelle-Orléans et la Jordanie annulés, on n’était pas prêts à devoir annuler un nouveau plan. En plus de ça, on n’était pas certains que les installations nécessaires à notre voyage seraient ouvertes. Les parcs provinciaux de Colombie-Britannique indiquaient donner la priorité à leurs résidents, et donc n’autorisaient pas les Québécois ou résidents des autres provinces à réserver chez eux. Les douches et sanitaires de tous les campings devaient également être fermés dans le but de limiter la propagation. Ajoutons à ça toutes les mesures sanitaires dans les commerces. Plusieurs sites web que l’on visitait encourageaient les gens à faire leur épicerie avant d’entrer dans leurs provinces pour éviter la propagation du virus comme la pénurie de denrées. Est-ce qu’on voulait vraiment voyager dans ces conditions ? Voyager au Canada en temps de pandémie ne semblait pas simple du tout.

Il y avait aussi le fait d’aller contre les recommandations gouvernementales indiquant d’annuler tout voyage non essentiel à travers le pays. Décider de partir faire ce voyage dans l’Ouest canadien pendant la pandémie, c’était aussi aller contre l’effort commun et faire preuve d’égoïsme. Pendant la première partie du confinement, j’ai vu des gens faire ce que moi je m’empêchais même de penser pour permettre à tout le monde de sortir de cette crise le plus vite possible. Ces comportements me frustraient et, maintenant, c’est nous qui allions les adopter ? On a décidé que oui. Pas par vengeance ou selon l’excuse que c’était à notre tour, mais parce qu’on s’est dit qu’on était capable de mesurer et limiter les risques. Parce que même si ça devait passer par cinq heures enfermés dans un avion, le reste de notre voyage se ferait dans notre coin, seuls en plein air ou dans notre van, donc sans risque pour la population locale que nous allions visiter.

Voyager dans l'Ouest canadien en temps de pandémie dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

Notre voyage allait se passer dans des lieux naturels où le risque de contamination devient très faible

 

Des préparatifs aux critères inhabituels

Quand on voyage, on aime bien trouver la juste balance entre la planification et l’improvisation. Avec la COVID-19, on n’a pas vraiment eu d’autres choix que de réserver un maximum d’avance. D’autant plus qu’on allait passer pas mal de temps entre les deux parcs nationaux de Banff et Jasper, et que le camping sauvage y est interdit. Ces parcs couvrant une superficie d’environ 17 870km2, devoir en sortir pour la nuit n’est pas vraiment souhaitable.

À toutes celles qui partent dans l’Ouest canadien


***Pour compléter la préparation votre voyage dans l’Ouest canadien, voici ce qu’il vous faut! De quoi rêver en attendant de partir. Laetitia a offert une conférence en ligne sur sa traversée du Canada en van pour la communauté des voyageuses du Québec. Comme on a fait « sold out » en quelques heures, on vous offre la possibilité d’écouter la conférence en rediffusion. Cliquez-ici pour être dirigé vers le lien de nos conférences.


Concernant nos nuits en dehors des parcs nationaux, certains campings privés (en plus de ceux situés dans les parcs provinciaux) ne permettaient pas la réservation aux non-résidents de la région. On a donc dû bien réfléchir à notre itinéraire, et surtout, le moduler en fonction des endroits où il y avait encore de la disponibilité. Les restrictions du nombre de places ajoutées au besoin compréhensible des gens de la région de profiter de l’extérieur ont fait en sorte que ça a été un petit casse-tête. 

En mode préparation de notre voyage dans l'Ouest canadien dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

En mode préparation de notre voyage dans l’Ouest canadien en pleine pandémie

Mais l’Ouest canadien est un gigantesque terrain de jeu. On s’est un peu compliqué les choses parce que pour notre première fois on voulait visiter certaines places en particulier, mais si on avait voulu, on aurait pu éviter de camper dans les parcs provinciaux et nationaux.

Concernant la location de van au Canada, disons que la pandémie a glorifié l’existence du van alors le choix s’est vu limité. On a hésité entre choisir un package avec Authentik Canada ou louer à un particulier en utilisant des sites comme Outdoorsy. Finalement, on a décidé d’y aller avec Escape Campervans qui restait dans notre budget et qui avait encore des disponibilités, tout en nous assurant la garantie d’une location en bonne et due forme. Une fois notre réservation confirmée et nos billets d’avion achetés, on était enfin prêts à voyager au Canada en temps de pandémie.

⇒ À lire également : Road trip au Canada : Tout savoir pour préparer son road trip vers l’Ouest du Canada

Voyage en van au Canada en temps de pandémie dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

C’est parti pour un voyage en van dans l’Ouest canadien, de manière le plus autonome possible

 

Vivre un voyage dans l’Ouest canadien en temps de pandémie

Concrètement, prendre l’avion en temps de pandémie, comment ça se passe ? Ce n’est pas très différent de d’habitude si ce n’est qu’il faut porter le masque de son entrée dans l’aéroport à la sortie de celui du pays d’arrivée, que l’attente à la sécurité est très réduite et qu’aucune nourriture n’est servie dans l’avion. Mis à part ça, et le personnel de l’air équipé de blouse intégrale, rien ne diverge. En ce qui nous concerne, nos deux vols avec Air Canada étaient pleins et rien ne nous séparait des autres voyageurs. On nous a remis un kit sanitaire comprenant masque, gants, lingettes désinfectantes et gel hydroalcoolique, mais deux heures après le décollage, donc on n’a pas vraiment vu l’intérêt.

En récupérant le van, on a vite compris que la compagnie avait déjà adopté des réflexes anti-pandémiques. La démonstration habituelle du véhicule a laissé place à une explication à distance des équipements. Le gestionnaire de la compagnie n’a rien touché et nous pointait du doigt où se trouvait chaque élément. Notre van venant avec une kitchenette et un frigo alimenté par des panneaux solaires, mis à part les salles de bain, on allait être complètement autonomes.

Notre van lors de notre voyage dans l'Ouest canadien dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

Voyager en van est une bonne option pour voyager au Canada en temps de pandémie

 

Respirer le grand air dans les parcs des Rocheuses

On avait d’abord prévu ce voyage dans l’Ouest canadien pendant la pandémie pour randonner et il y a énormément de choix dans ces montagnes. Ça va de la petite randonnée de trente minutes sans dénivelé au trek extrême de dix jours à travers les cols et les sommets. Pour choisir celles qui nous intéressaient le plus, on utilisait l’application AllTrails qui recense les possibilités aux alentours et qui affiche les commentaires de ses utilisateurs. Parce qu’on aime les défis, on s’est tournés vers des randonnées catégorisées comme difficiles.

Pendant plus d’une semaine donc, on a parcouru les sentiers de plusieurs parcs nationaux à commencer par le Parc Yoho en Colombie-Britannique qui nous a offert de fantastiques paysages d’altitude sur la Iceline Trail, une boucle de 19 kilomètres : un univers lunaire parsemé de lacs aux couleurs extraordinaires.

 

Dans le Parc National de Jasper, on s’est lancés dans une randonnée qui a mis nos nerfs à rude épreuve en raison de sa difficulté. Alors qu’on ne devait faire qu’un aller-retour de 7 kilomètres, on a choisi de pousser un peu plus et de tenter l’ascension d’un pic qui nous a élevés à 3003 mètres d’altitude. Si vous aussi vous tentez le Cirque Peak, assurez vous de ne pas avoir le vertige parce qu’une fois en haut, il sera trop tard, croyez-en mon expérience…

Cirque Peak dans le Parc national de Jasper en Alberta dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

Une randonnée à Jasper qui nous a amené à plus de 3000 m d’altitude sur le Cirque Peak

C’est aussi sur ces sentiers qu’on a fait nos plus belles rencontres. Sur les hauteurs de Jasper, en complétant la Indian Ridge Trail, on s’est retrouvé nez à nez avec un troupeau de chèvres de montagnes. Arrivés sur les plateaux de la Parker Ridge Trail, on s’est fait surprendre par des mouflons d’Amérique. Et en chemin vers la Bald Hills Trail, ours noir, orignaux et wapitis nous ont presque escortés le long de la route. C’est incroyable à quel point, en tant qu’humains, on se sent seulement visiteurs en ces lieux sauvages. 

 

Sur les chemins de randonnée, on n’a pas été embêtés avec la pandémie. C’est l’avantage de jouer en plein air loin des villes. Oui, on a croisé des randonneurs, mais vraiment pas beaucoup. C’est plutôt la présence animale qui nous a parfois fait faire demi-tour. Arrivés à la moitié de la Bald Hills Trail, une garde-forestière de Parc Canada nous a informés de la présence de quatre grizzlys dans la zone dans laquelle on se trouvait et elle nous a évacués. L’avantage du COVID-19 c’est que, pour éviter de partager l’habitacle de son véhicule, elle nous a fait monter à l’arrière du pick-up. Toute une ride !

On a évidemment aussi été visiter les célèbres Lacs Louise et Moraine du Parc de Banff. C’est en fin de journée que nous nous sommes rendus sur les berges du premier. À cette heure-ci, la lumière n’est pas propice aux photos. Son potentiel instagramable n’étant pas à son paroxysme, on n’a pas du tout été dérangés par la foule. COVID-19 ou pas, à 5h00 du matin, le Lac Moraine, lui par contre, était toujours victime de son succès. Les visiteurs s’y rendant pour y observer le lever de soleil, le parking était plein à l’aube. Ces lacs-là sont situés juste à côté de la route, ils sont donc plus achalandés que d’autres, mais la pandémie n’a pas eu l’air d’y changer grand chose.

Lake Moraine en Alberta dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

L’incontournable Lake Moraine qui attire des visiteurs dès les premiers rayons du jour

Une fois toute la Promenade des Glaciers remontée, on a été faire un tour au Parc Provincial Robson, BC. Après une heure de marche, on a pu observer dans le silence et la plénitude le reflet miroir des sommets dans le Lac Kinney

Et finalement, est-ce qu’on a réussi à se doucher dans cette première semaine à voyager au Canada en temps de pandémie? Il a fallu attendre cinq jours avant la première parce que la plupart des campings avaient bien fermé leurs installations en raison de la pandémie. Avant ça, on a utilisé la technique de la lingette pour bébé. Ce n’est effectivement pas écologiquement responsable, mais je vous rappelle qu’on a randonné tous les jours et pas qu’à moitié donc, rendus là, ce n’était pas négociable.

⇒ À lire également : Un road trip dans les Rocheuses en Alberta 

Suggestion LVDQ : Pour réserver votre visite guidée du Lac Louise et du Lac Moraine, c’est juste ici sur le site de Get Your Guide, une plateforme fiable regroupant des milliers d’activités à travers le monde.

Lake Kinney dans le Parc Robson au B.C. dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

Reflet miroir des montagnes sur le Lake Kinney dans le Parc provincial Robson au B.C.

 

Goûter les vagues de l’île de Vancouver

C’est au terminal d’Horseshoe Bay, à Vancouver, qu’on s’est rendu pour embarquer sur le ferry en direction de Nanaimo, sur l’île de Vancouver. En temps de pandémie, la traversée de deux heures environ doit se faire depuis son véhicule. Il est autorisé d’en sortir pour aller à la salle de bain ou consommer au restaurant du bateau. Dans la salle à manger, les consignes habituelles sont appliquées : on porte son masque quand on ne mange pas et une table sur deux est condamnée. Donc, après avoir englouti un burger (assez bon je dois l’avouer), on est retournés à l’arrière du van écouter Netflix pour patienter. Ça secoue un peu plus au niveau des stationnements qu’en haut, mais on est bien mieux sans masque sur le visage. Tout est question d’avantages et d’inconvénients. Après avoir traversé des rivières, longé des forêts et admiré de nombreux lacs pendant trois heures sur la route 4, on arrivait à destination pour la deuxième étape de ce séjour à voyager au Canada en temps de pandémie : surfer les vagues de l’Ouest. 

Surfer à Tofino dans l'Ouest canadien dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

Après les randonnées dans les Rocheuses, on se prépare à surfer les vagues de l’Ouest canadien

Les plages qui précèdent Tofino sont situées dans la Réserve Nationale du Parc Pacific Rim. Elles sont au coeur d’un environnement naturel sauvage préservé qu’on a eu plaisir à traverser chaque jour. Enfiler sa combinaison de néoprène au milieu d’une forêt où les arbres s’entremêlent sans plus finir, avalés par une mousse végétale hypnotisante, c’est magique. Un peu partout, les panneaux nous rappelaient sans cesse que les loups, coyotes et ours sont ici chez eux. On avançait, la planche sous le bras, dans l’espoir de, peut-être, apercevoir l’un d’entre eux, sans succès. L’espèce humaine était, elle, cependant bien présente ! Débutants comme experts, je n’avais jamais vu autant de surfeurs dans l’eau en même temps. Respecter la distance du deux mètres sur la plage ou sur les vagues n’est pas difficile, mais encore une fois, on s’est demandé à quel point l’endroit est achalandé quand il n’est pas visité seulement par les Canadiens. Ça ne nous a pas empêchés d’en profiter et on a pu s’offrir de belles sessions dans une eau à 12°C. Ici, l’océan ne semble jamais épuisé et l’endroit mérite sa réputation. 

 

Tofino et Ucluelet sont deux petits villages qui se partagent les amateurs de surf et de nature le long de la péninsule. En temps de pandémie et au début de l’automne, l’activité n’y battait pas son plein. On a senti que les mesures sont plus respectées ici qu’ailleurs parce qu’on est sur une île et que les moyens médicaux sont d’autant plus limités. L’ambiance en a pris un coup c’est sûr… Ici comme ailleurs, les commerçants ne l’ont pas eu facile. Alors, on n’a pas pu ressentir la convivialité frémissante à laquelle on s’attendait. Puis, il s’est mis à pleuvoir. Impossible de se fondre un peu dans la vie d’ici quand les cafés sont fermés et que seuls les comptoirs à emporter restent ouverts.

⇒ À lire également : Les incontournables à visiter à Vancouver 


Bonne ou mauvaise idée de voyager au Canada en temps de pandémie ?

Donc en définitive, est-ce qu’on a bien fait de voyager au Canada durant la COVID-19? La réponse est définitivement oui. Avant de partir, on se demandait si ça valait la peine, si l’expérience allait être complète. C’est quand même pas tous les jours qu’on part dans l’Ouest canadien ! Mais, mise à part cette impossibilité de s’intégrer au rythme local, le reste de notre voyage au complet a été une super expérience. 

Parce qu’on pouvait voyager en presque autonomie et qu’on n’avait pas à check-in / check-out dans une dizaine d’hôtels grâce au van, on ne pense pas avoir mis ni la population locale, ni nos propres personnes à risque. À part l’épicerie et les salles de bain, on n’a rien visité qui soit entre quatre murs. Et cette expérience de road trip en van nous a vraiment beaucoup plu aussi ! C’est une manière de voyager qu’on a hâte de réessayer.

Même si on a quand même croisé du monde sur les sites les plus touristiques durant ce séjour à voyager au Canada en temps de pandémie, on est certains que la fréquentation habituelle était réduite au moins de moitié, si ce n’est plus. On a donc évité les cars de touristes internationaux au profit de Canadiens curieux de (re)découvrir leur pays. C’est peut-être même finalement le meilleur contexte possible pour voyager.

Lac en Alberta dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage

Un bel avantage de voyager en temps de pandémie en prenant les précautions d’usage, l’achalandage sur les sites touristiques demeure réduit

 


Informations pratiques pour voyager au Canada durant la Covid-19


Comment se déplacer lors d’un voyage dans l’Ouest canadien en temps de pandémie


Pour se déplacer dans les Rocheuses, la voiture est encore le plus pratique. Les distances sont grandes et avoir son véhicule permet d’être autonome. Il existe des compagnies d’autobus privées et locales comme Rider Express ou Roam qui permettent de relier les points touristiques, mais pas d’explorer les parcs de long en large et en travers. Selon moi, c’est quand même se priver de profiter des coins les plus préservés. Et choisir plus particulièrement de voyager en van a aussi ses avantages, surtout si vous décidez de voyager au Canada en temps de pandémie. En ce qui nous concerne, un des principaux avantages qu’on a pu en tirer c’est qu’on n’avait pas besoin de se soucier de l’heure. On pouvait arriver tard, couper le moteur et se coucher sans la gestion logistique du campement traditionnel. Sans compter la diminution des contacts et des risques associés à voyager durant la COVID-19. Vous trouverez de nombreux sites de location de voitures ou vans à Vancouver, mais voici quelques exemples : Authentik Canada, Escape Campervans, Wicked Campervans, etc.


⇒ Suggestion LVDQ : Vous pouvez déjà acheter votre billet d’autobus pour faire le chemin entre Vancouver et Whistler pour seulement 21$ sur le site de Get Your Guide.


⇒ SUGGESTION LVDQ pour trouver un vol pas cher vers l’Ouest du Canada ou ailleurs au pays : Nous vous suggérons tout d’abord de télécharger l’application gratuite de Skyscanner (Voici le lien pour : Android et celui pour : IOS) sur votre téléphone intelligent, afin d’avoir toujours à portée de main le comparateur pour faire vos recherches. C’est le comparateur de vols que nous utilisons systématiquement pour l’achat de nos billets d’avion puisque c’est pour la plupart du temps, celui qui offre les meilleurs prix. Vous pouvez également faire vos recherches directement sur le site de Skyscanner.


Voyager au Canada en temps de pandémie en van dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage


 


Où dormir dans les Rocheuses


Dans les parcs nationaux, le camping sauvage est interdit. Il existe pas mal de campements, mais certains étaient fermés en raison de la pandémie. Voici ceux dans lesquels on a dormi :


Nos deux premières nuits dans le Parc National de Banff, on les a passées au Lake Louise Campground. Situé à 10 minutes en voiture de ce dernier, l’emplacement est idéal pour les réveils aux aurores. Petite particularité : la totalité du camping est protégée de l’intrusion des ours par une clôture électrique. C’est un peu étrange au départ, mais quand on comprend que c’est pour qu’ils ne se familiarisent pas avec les humains au risque d’être relocalisés, on encourage la démarche. ⇒ Cliquez ici pour voir le site web


Lake Louise en Alberta dans notre article Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien #canada #ouestcanadien #pandemie #covid19 #voyage


C’est au Rampart Creek Campground qu’on a expérimenté l’auto-enregistrement de Parc Canada pour la première fois! Ça consiste à faire le tour du campement, trouver un emplacement libre et s’inscrire en entrant ses coordonnées et en déposant le paiement dans une boîte prévue à cet effet. Ici pas de réseau, pas d’électricité, mais la nature à son plein potentiel. ⇒ Cliquez ici pour voir le site web


On est restés deux nuits au Wapiti Campground, dans le Parc National de Jasper. Premier et seul camping des Rocheuses dans lequel les douches étaient ouvertes, on aurait voulu rester une nuit de plus, mais c’était complet. Le camping ne porte pas son nom pour rien, on a eu droit à deux visites de wapitis directement sur notre emplacement ⇒ Cliquez ici pour voir le site web


Le camping sauvage est aussi une option! On a beaucoup utilisé deux ressources pour trouver des emplacements quand on n’était pas dans un parc national. D’abord l’application collaborative iOverlander qui recense autant les campings privés que les petits coins cachés au bord d’une rivière. Et la carte BC ROADTRIP du site hellobc.com sur lequel on pouvait trouver la localisation des Recreation Sites dans lesquels on peut également camper gratuitement.


⇒ Suggestion LVDQ : Si vous avez envie d’une ou plusieurs nuits en hôtels lors de votre voyage dans l’Ouest canadien , vous pouvez utiliser Booking pour vos futures réservations. Chaque fois que vous utilisez nos liens pour réserver vos hébergements en voyage, Booking nous verse une partie de sa commission sans que cela vous coûte davantage. Ce simple geste permet de nous aider à faire vivre ce Magazine web. Merci de nous encourager dans notre travail de vous fournir de l’information pour vos voyages.


 


Assurances voyage pour voyager au Canada en temps de pandémie


Si vous voulez voyager au Canada en temps de pandémie, hors Québec, il vous faudra une assurance voyage. Si vous cherchez une bonne assurance voyage, fiable et appréciée des voyageurs depuis plus de 30 ans pour votre voyage de camping, on vous suggère fortement de faire votre demande de soumission ici, via ce lien, sur le site de Escapade Assurance Voyage, une compagnie spécialisée en assurances voyage et un bon partenaire à nous.


Est-ce que vous avez prévu voyager au Canada en temps de pandémie? Ou peut-être avez-vous déjà eu la chance de partir cette année et de voyager au Canada durant la COVID-19? Nous serions curieuses que vous nous partagiez votre expérience et vos trucs pour bien préparer un voyage dans l’Ouest canadien pendant la pandémie dans la section commentaires.

Une petite note ça fait toujours plaisir 🙂
4.5/5 ( 2 votes)

Vous êtes sur Pinterest? Vous pouvez ajouter les épingles de cet article : Voyager au Canada en temps de pandémie : Mon voyage dans l’Ouest canadien

Voyager au Canada en temps de pandémie Voyager au Canada en temps de pandémie

*Cet article a été rendu possible grâce à la collaboration de notre auteure, tous les propos et les expériences demeurent les siens. Ils comportent également des liens affiliés de partenaires, choisis judicieusement par l’équipe de LVDQ, pour vous aider à voyager au Canada en temps de pandémie, surtout pour un voyage dans l’Ouest canadien.

Pour continuer la lecture

Laissez un commentaire

19 − one =

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

Découvrez notre nouvelle boutique en ligne, des produits créés pour vous, voyageuses du QuébecCliquez ici pour découvrir nos produits
+