Voyage et dépression : Quand le voyage t’aide à garder la tête hors de l’eau

Par Sandra Douville
1295 Vues
Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

Nous le savons, le voyage a plusieurs bienfaits, dont servir de remède à la dépression. Notre collaboratrice nous raconte comment le voyage lui permet de se sentir elle-même et à garder la tête hors de l’eau. Elle nous fait part également de comment la pandémie affecte sa santé mentale.

Se sentir insatisfaite et vouloir toujours plus

J’ai toujours l’esprit occupé. Je suis le genre de fille qui a toujours 2000 projets qui attendent dans ma tête. Et j’arrive assez souvent à les compléter. Pourquoi je traîne encore ce rêve de vivre ailleurs, sans arriver à le mettre en place ? C’est parce que j’ai peur. J’ai peur de tout perdre. Tant de fois, j’ai recommencé ma vie et ce, plus souvent que bien des gens. Ça été très difficile d’être où j’en suis aujourd’hui. J’ai rien pour me backer si ça ne fonctionne pas.

J’ai attendu après les autres pendant trop d’années. Au moins, je n’attends plus pour voyager, ça je l’ai fait assez longtemps à mon grand regret. Pour cette raison, je pars souvent seule. Je n’ai pas super aimé les premières fois mais maintenant j’adore ça. Mais j’ai besoin de plus. Et plus j’avance en âge et plus je me demande si un jour j’arriverai à exaucer mon propre rêve de vivre ailleurs.

⇒ À lire également : Où partir seule en tant que femme : 12 destinations pour un voyage en solo

Relaxe à Cochi en Inde dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

Une pause au soleil est toujours bénéfique dans le chaos de l’Inde

 

Se sentir étrangère à sa propre vie

J’ai tellement l’impression de me sentir étrangère à ma propre vie, étrange par rapport aux autres. Je me suis toujours sentie différente, peu importe à qui je me comparais. Je pense différemment des gens autour de moi. J’agis différemment aussi. Mais j’ai enfin réalisé, il y a peu de temps, que je suis différente, mais que je ne suis pas seule. J’ai 42 ans et je réalise enfin que si je veux être heureuse, je dois pousser cette différence. Et quel est ce gros point qui me rend différente ? Je n’aime pas vivre au Québec ! Ouch, j’entends déjà les jugements, les questions, les commentaires. Et pourtant, c’est ça. J’ai le sentiment d’être née au mauvais endroit.

 

Quand on a l’impression d’être née dans le mauvais pays

Il y a des femmes qui ont l’impression d’être nées dans le mauvais corps, dans le mauvais genre. Et bien moi, j’ai l’impression d’être née dans le mauvais pays. Et j’ai ce sentiment depuis que je suis toute petite. Déjà à 6 ans, je rêvais de vivre ailleurs. Et je l’ai radoté souvent cette phrase-là. Malheureusement, ce n’est pas encore arrivé. Les circonstances de la vie ont fait que j’ai toujours remis ce projet à plus tard. Et pourtant, c’est ailleurs que je voudrais être. Donc pour le moment, je voyage.

⇒ À lire également : Retour de voyage : Ma déprime post voyage au retour d’un tour du monde et Tout quitter pour voyager à 56 ans : Départ pour 5 ans en Asie et en Océanie

Devant les Rocheuses à Banff en Alberta dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

J’ai eu le souffle coupé à la vue des montagnes Rocheuses en Alberta

 

Pourquoi j’aimerais vivre ailleurs qu’ici

Je sais que la vie au Canada est le rêve de plusieurs dans le monde. Le Canada apparaît comme un pays parfait où l’on est libre de penser et de vivre notre vie comme il nous plait. Mais pourtant, malgré ça, je ne suis pas heureuse ici. Demandez à ma mère le nombre de fois où j’ai critiqué la manière de vivre des gens d’ici.  Je sais, on est privilégiés mais ce n’est pas si parfait qu’on le pense. Et c’est ça qui me dérange. Ici, tout est axé sur le « paraître ».

 

Le sentiment d’avoir des valeurs différentes

Je ne dis pas que c’est mieux ailleurs, mais au moins, j’ai pas l’impression qu’on fait semblant. On me trouve tellement bizarre de penser comme ça que j’ai parfois le sentiment de me sentir comme une extra-terrestre. Je trouve ça difficile d’entendre tout le monde me dire combien on est chanceux de vivre au Québec. Oui on est chanceux, mais moi ça me rend malheureuse. J’envie les valeurs familiales que je vois ailleurs. Et n’allez pas croire que j’ai des problèmes de famille, car ce n’est pas le cas. On est heureux, mais je voudrais tellement plus ! Je trouve que le peuple nord-américain est un peuple qui fait semblant, qui est sauvage, indépendant, raciste et égoïste et je ne suis pas fière de ça.

Mais je me sens seule quand j’ose dire ce que je pense. Je me fais beaucoup juger pour ça. Je me sens tellement seule dans mes valeurs que c’est ce qui fait que je ne pense qu’à voyager et vivre ailleurs. Ici, c’est chacun pour soi. On n’aide pas son prochain. On ne cesse de me répéter »Commence par t’aider toi-même avant d’aider les autres ». Et si pour moi c’était une partie du bonheur ? J’aime aider les autres. J’aime donner mon soutien, j’aime sentir que je fais une différence. C’est seulement là que je me sens vivre. J’ai vu beaucoup d’entraide ailleurs. Mais pas ici et ça me fait de la peine.

⇒ À lire également : 6 mois de voyage à l’étranger, ce que cela m’a fait réaliser

En voyage au Mexique dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

Mon rêve un jour serait d’aller vivre ailleurs où certaines valeurs correspondent davantage aux miennes

 

Quand le voyage fait partie de la solution

Quand je voyage, j’ai de la facilité pour voir du beau partout. On dirait que c’est naturel. J’aime tout, la bouffe, les habitants, la musique, même la pluie ne me dérange pas quand je suis ailleurs. J’ai encore mon cœur d’enfant et j’arrive à être émerveillée par n’importe quoi. Manger au restaurant seule ne me créé aucun malaise. Je peux rester assise sur le gazon à lire un livre et je prends plaisir à prendre des photos de tout. Mes pensées sont positives puisque je me concentre sur la composition, sur les angles, les couleurs, etc.

⇒ À lire également : Que faire quand il pleut en voyage : 11 idées de que faire par temps de pluie

Zoo de San Diego dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

Telle une enfant, je ne peux rester sérieuse et je dis oui quand on me propose une photo !

Malgré les différents endroits où je suis allée en voyage, j’ai rencontré des gens sympathiques et ouverts d’esprit. Des gens sincères, avec de belles valeurs. On vit avec un tas de préjugés et de pression de performance à tous les niveaux. Et moi, je ne deal pas bien avec ça.

Alors je ferme les yeux, je prends une grande respiration par le nez. J’ai le dos droit, je sens l’air entrer dans mes poumons et faire le tour de chaque centimètre de mon corps. C’est frais, c’est revigorant. J’entends la musique des oiseaux qui chantent autour de moi. Et les vagues aussi. Vous les entendez? Regardez comme c’est beau. Le sable blond qui m’entoure, l’eau cristalline qui vient toucher la pointe de mes orteils, le soleil qui réchauffe ma peau… Vous avez vous aussi un goût salé sur les lèvres? Moi aussi. C’est l’eau de la mer. J’adore ça, je me sens bien. C’est enfin le calme dans ma tête…

Shiva à Bangalore en Inde dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

Au Bengalore, en Inde du Sud, se trouve une statue de Shiva géante. J’ai profité du moment pour méditer un peu

 

Le voyage, un besoin vital

J’avais envie de vous faire part de ma réflexion personnelle en lien avec les bienfaits du voyage, ce qu’il m’apporte dans ma vie. Par contre, sachez qu’écrire ce texte n’aura pas été facile et j’ai décidé de me dévoiler à vous, car je suppose que je ne suis pas la seule à ressentir cette déprime qui n’est pas que passagère. Elle est là, tapi dans l’ombre. On ne la voit pas toujours, car elle sait se montrer discrète. Elle a vite réalisé que si on en parlait trop facilement et trop ouvertement, ça passait pour de la lâcheté, de l’égoïsme, de la paresse.

 

Quand le voyage t’aide à te sortir la tête de l’eau

Pourtant, je serais prête à parier que ceux qui me jugent ne savent même pas à quel point je fais des efforts pour m’en sortir. À quel point je travaille sur moi. À quel point je passe mon temps (et mon argent) à aller chercher tous les outils possibles pour me sortir la tête de l’eau. Hélas, ce n’est pas une switch qu’on met à « On » ou à « Off »! Mon truc à moi pour me permettre de voir la vie en rose ? Les Voyages avec un grand V. C’est un besoin vital pour moi!

 

 

Les conséquences de la pandémie sur ma santé mentale

Au tout début de la pandémie, en mars 2020, j’ai dû annuler un premier voyage en Jordanie. Ça été très difficile. Et pas seulement financièrement. Parce que non, je n’ai pas été remboursée complètement. Pour les filles qui comme moi organisent leur propre itinéraire, vous savez que parfois, pour sauver un peu d’argent, on trouve toutes sortes de moyens. Moi, c’est en passant par plusieurs compagnies et en faisant des escales. Ce qui fait que dans mon cas, la moitié des vols n’ont pas pu m’être remboursés. Mais le plus difficile n’a pas été ça. Mais plutôt de savoir que je devais rester à la maison et continuer de travailler. Tant qu’à rester à la maison et pleurer, j‘ai préféré m’occuper l’esprit.

 

Que de voyages perdus!

Après la Jordanie qui n’est jamais arrivée, j’ai dû aussi annuler Aruba qui était réservée depuis longtemps, bien avant la pandémie. Celui-là vient d’être reporté pour une 2e fois. Ça n’a pas aidé à ma santé mentale non plus. Je vis beaucoup de frustrations. Beaucoup de sentiments d’injustice. Et je me répète, je sais que je ne suis pas la seule à vivre ces sentiments négatifs, je le sais bien. Il y a des choses pires que ça, c’est évident. Mais pour ceux et celles qui me connaissent, ça devient de plus en plus évident que je m’enfonce dans une déprime profonde. Je vis avec des douleurs chroniques depuis plus de 12 ans. J’ai un emploi qui ne me satisfait pas, mais dont je ne peux me passer puisqu’il me permet de survivre. Je me sens fragile et ce n’est ni agréable pour moi, ni pour les autres.

⇒ À lire également : 5 témoignages sur le BLUES après un voyage de randonnée en montagnes

À Louxor en Égypte dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

À Louxor, au Sud du Caire, j’ai dû faire mes visites avec une canne. Ça n’a pas été facile pour l’orgueil mais ça ne m’a pas empêché d’être impressionnée

 

Mes craintes avec ce qui se passe actuellement

J’ai peur et je suis super inquiète de ne pas pouvoir voyager bientôt. Avec tout ce qu’on entend à la télé, il y a de quoi être découragé. Pourra-t-on vraiment recommencer à voyager comme avant? Les vaccins, les tests, les analyses, la quarantaine… Tout ça me rend bien anxieuse. Je n’ai que quelques semaines de vacances par année. Donc, hors de question de les passer dans un hôtel à rester enfermée. Quand je pars, j’essaie d’en voir le plus possible, car 1-2 semaines, c’est vite passé. L’année qui vient de passer a été difficile, mais l’espoir était là. Personne ne pensait que ça durerait aussi longtemps. Aujourd’hui, des tonnes de questions demeurent.

 

Pourquoi j’ai tant d’inquiétudes

Je suis inquiète que les prix grimpent en flèche, qu’on ne puisse plus aller où on veut. Qu’on soit aux prises avec des restrictions sur nos assurances voyage, que tout devienne hyper compliqué. J’étais supposée partir à Vancouver et Victoria le mois dernier. Quand j’ai acheté ce billet-là, tout le monde me disait de ne pas le faire. Mais les voyages intra-Canada se passaient super bien. Je voyais plusieurs voyageuses le faire. Alors, j’ai pris mon billet. Mais avec la Colombie-Britannique qui avait fermé ses frontières aux visiteurs, encore une fois, mon voyage est tombé à l’eau. C’est décourageant !

 

Comment je voyage dans ma tête, en attendant de voyager pour vrai

On essaie toutes de se trouver les moyens de passer au travers de ce moment difficile. Lire des bouquins sur des récits de voyage, rêver en regardant les expéditions à Explora ou à Canal Évasion, lire les articles super intéressants des autres voyageuses, etc. Mais le temps passe et la déprime reste, elle.

⇒ À lire également : Voyager par procuration : 10 manières de se sentir en voyage à la maison

À Universal Studios dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

Un moment de folie, en Floride, où je me laisse aller à être moi-même

 

La création d’un album-photo

Pendant plusieurs mois, j’ai travaillé à la conception d’un album-photo voyage, en y ajoutant tous les articles que j’ai écrit jusqu’à maintenant. Tout un projet ! J’y ai mis des mois, sans compter les heures. J’avais envie qu’il me reste quelque chose de physique, de malléable, pour me prouver à moi-même que je n’avais pas que rêvé. Hélas, aussitôt terminé, imprimé et reçu, je l’ai mis sur une tablette et je ne l’ai pas feuilleté une seule fois. Ça m’aura fait du bien le temps de sa conception. Mais je suis du genre assez pragmatique. J’ai besoin de concret. Et lire n’est pas suffisant.

J’ai bien essayé de comprendre pourquoi je suis comme ça. Des thérapies, j’en ai faites et j’ai lu des tonnes de livres sur la croissance personnelle, sur la pensée positive. La méditation, les posts-it joyeux partout. J’ai même fait de l’hypnose, mais rien n’y fait à long terme, c’est toujours à recommencer. J’ai besoin des voyages dans ma vie, « that’s it » !

Préparer albums photos au retour de voyage dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

À chaque retour de voyage, je consacre des heures à la création d’un album photo unique

 

Essayer de se montrer créatif

Une chance qu’il existe Pinterest pour me fournir des idées de projets d’art en lien avec le voyage. Alors je créé. Je me suis même fait une liste des endroits où j’aimerais aller. J’ai ajouté des petits points sur une carte virtuelle, j’ai carrément des itinéraires. Mais ça reste du vide tout ça. Je suis pas pour me faire des programmes-voyage pour tous les pays du monde ! J’écoute de la musique qui vient d’ailleurs, j’entretien des conversations avec des amis de l’Inde.

Je fais des montages photos, j’écoute des films d’expéditions, j’assiste à des présentation de voyage. Mais là, ça suffit ! J’ai besoin de prendre l’avion ! Car hélas, je suis de celles qui considèrent que voyager c’est prendre l’avion. J’adore l’Ontario, mais c’est pas pareil. J’ai juste 4 semaines de vacances par année, c’est pas assez pour faire le tour du monde ça. Ok, il y a des affaires pire que ça, mais là, le sujet c’est la déprime de ne pas voyager et moi je déprime, c’est clair !

Bruce Peninsula en Ontario dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

J’aime bien l’Ontario, mais ce n’est pas comme prendre l’avion pour partir à l’étranger

 

Le voyage pour se sentir soi-même

Pourquoi je me sens souvent aussi déprimée ? Je ne le sais pas vraiment. Je suis née avec ce sentiment de vide qui me suis jour après jour. C’est la faute de personne, je n’ai pas vécu de traumatisme dans mon enfance et je n’ai manqué de rien. Par contre, j’ai trouvé ce qui me sort de mon malheur perpétuel. Le voyage. Les faire, les planifier, les imaginer, il n’y a que ça (ou presque) qui me rend mon sourire et qui me rend légère. Donc oui, ces temps-ci, avec la pandémie qui ne fait que s’étirer, c’est encore plus difficile. Je sais que je ne suis pas la seule à vivre ce sentiment de manque. Mais personnellement, c’est assez intense.

 

Pourquoi les voyages me rendent si heureuse

Je suis parfois en colère, car je l’avais trouvé ma solution. Pendant les quelques semaines où je fais des recherches de billets d’avion, je me porte mieux. Je vois de l’espoir. Créer mes itinéraires me remplit de joie et j’adore le jour où je commence à remplir mon futon de tout ce dont j’aurai besoin pour mon voyage. J’ai besoin de ça dans ma vie. Quand je voyage, je deviens moi-même. La fille qui sourit à tout, qui a envie d’aider son prochain, qui est curieuse et pétillante de bonheur. Je n’ai personne qui me dit quoi faire ou quoi ne pas dire. Je suis libre d’aller où je veux et quand je veux. C’est ça le bonheur !

⇒ À lire également : Voyager en palette d’émotions : lorsque l’aventure devient introspection

Le voyage, ma thérapie dans notre article Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

Faire mes bagages est toujours une source de plaisir, ça annonce que du bon

 


Informations pratiques pour organiser vos voyages


Suggestion LVDQ pour trouver un vol pas cher : Nous vous suggérons deux bons comparateurs de prix pour trouver vos vols les moins chers. Ce sont deux comparateurs de vols très populaires et simples d’utilisation que nous avons choisis comme partenaires. On vous recommande CheapOair qui offre même une carte en temps réel des destinations et leurs conditions de voyage où il est possible de voyager en temps de covid en fonction de votre pays d’origine et de votre citoyenneté. Et bien sûr, Expedia, qui est aussi intéressant pour trouver des hôtels à bon prix. En cliquant sur nos liens avant de faire vos recherches et de réserver, sans que cela ne vous coûte plus cher, vous nous encouragez à faire vivre la mission de Les voyageuses du Québec qui est de démocratiser le voyage au féminin et à créer des projets pour la belle communauté que nous sommes.


 


Suggestion LVDQ : Vous pouvez également explorer les offres sur Booking afin de trouver des promos lors de votre visite. Chaque fois que vous utilisez ces liens pour réserver, Booking nous verse une partie de sa commission sans que cela vous coûte davantage. Ce simple geste permet de nous aider à faire vivre ce Magazine web. Merci de nous encourager dans notre travail de vous fournir de l’information pour vos voyages.


 


⇒ Suggestion LVDQ pour vos assurances voyage :Si vous recherchez une bonne assurance voyage pour votre prochain voyage, économique, fiable et appréciée des voyageurs depuis de nombreuses années, on vous suggère fortement de faire votre demande de soumission ici, via ce lien, sur le site de Sécuriglobe, le plus important courtier en assurances voyage et santé au Canada qui représente plus de 11 assureurs différents. C’est un bon partenaire à nous et si vous cliquez sur notre lien ici-haut, vous serez dirigés directement sur notre page partenaire pour faire votre achat en ligne. Si vous préférez les contacter via téléphone, il est important de leur mentionner le code REF002.


 


⇒ L’outil par excellence de planification de voyage : Pour celles qui adorent planifier leurs voyages, vous serez ravies d’apprendre qu’il existe un outil hyper complet de planification et de gestion de voyage. Créé par deux Québécois, dont Nathalie, fière voyageuse du Québec, Planning Motion est l’outil en ligne à avoir. Ça fonctionne sur un plan d’abonnement et cette application vous permettra d’avoir au même endroit le calendrier interactif de votre voyage, votre itinéraire sur une carte (qu’il est possible de partager), les informations et documents de vos réservations d’hébergements, de transports, etc, les dépenses converties en une seule devise, des listes de planning, un PDF complet du voyage et bien plus. L’essayer, c’est l’adopter!


Est-ce que le voyage est également une thérapie pour vous? Ou est-ce qu’il vous a déjà aidé à surmonter un moment difficile de votre vie? Et en cette période de pandémie, comment vivez-vous le fait de ne pas pouvoir voyager? Nous serions curieuses de vous entendre dans la section des commentaires.

Une petite note ça fait toujours plaisir 🙂
5/5 ( 15 votes)

Vous êtes sur Pinterest? Vous pouvez ajouter les épingles de cet article : Voyage et dépression : Quand le voyage t’aide à garder la tête hors de l’eau

Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression Quand le voyage t'aide à garder la tête hors de l'eau #reflexion #voyage #depression

* Cet article a été rendu possible grâce à la collaboration de notre auteure, tous les propos et les expériences demeurent les siens. Ils comportent également des liens affiliés de partenaires, choisis judicieusement par l’équipe de LVDQ, pour vous aider à organiser vos voyages autour du monde.

Pour continuer la lecture

2 Commentaires

Claude Douville 7 juillet 2021 - 19 h 10 min

Je te trouve très bonne de pouvoir t’exprimer ainsi, et oui ce n’est sûrement pas facile d’écrire sur soi même en espérant que ça fera du bien a ton toi.

Et oui la pandémie a causé des tords et des perturbations a bien du monde et hélas aux voyageurs, mais enfin il y a lumière aux bout du tunnel qu’on commencent à voir au loin. Il ne faut pas désespérer, il y a un proverbe qui dit que:
Après une tempête, il y a toujours Le Soleil qui reviens.

Répondre
Sandra Douville 15 juillet 2021 - 16 h 26 min

Merci pour ce précieux commentaire. En effet c’est pas facile pour personne alors pour le moment, je continue de voyager dans ma tête.

Répondre

Laissez un commentaire

eight + one =

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

Découvrez notre nouvelle boutique en ligne, des produits créés pour vous, voyageuses du QuébecCliquez ici pour découvrir nos produits
+